Courir en hiver, vous trouvez que c’est trop dur… alors découvrez les 4 secrets qui vous feront changer d’avis. Vous allez adorer courir en hiver

Oui c’est plus difficile de se motiver pour aller courir en hiver quand les températures baissent et que les jours tombent de plus en plus tôt ! Cependant le running est un sport d’endurance dont les progrès arrivent avec de la régularité. Il faut donc continuer à courir en hiver même si les températures sont négatives et la motivation est au plus bas.

Mais ne vous en faites pas il y a des secrets pour courir avec plaisir, même en hiver 😉
 
Des chercheurs américains auraient même prouvé qu’une séance de course hivernale permettrait de brûler 20% de graisse en plus qu’une séance identique par un temps tempéré.
 

L’échauffement indispensable avant de courir en hiver   

Avez-vous déjà ressenti des douleurs articulaires lorsque vous courez en hiver ? Mal aux genoux, mal aux chevilles… En effet, le froid limite leur souplesse et augmente le risque d’entorse.
 
Avant chaque course à l’extérieur, on s’échauffe à l’intérieur le temps que le corps soit chaud et soit prêt à affronter les températures fraîches. Pour certaines personnes cela ne prendra que quelques minutes, pour d’autres un peu plus de temps. Un temps minimum de 10 minutes est tout de même conseillé.
 
L’échauffement doit être progressif, cela ne sert à rien de commencer trop fort et d’être finalement  épuisé pour la séance. Pour une course matinale, il est conseillé de commencer par quelques étirements pour réveiller son corps, et surtout d’échauffer ses articulations. Ce qui revient à avoir la mobilisation locale nécessaire à la réalisation de la course et ainsi d’éviter toute compensation. Par exemple, une cheville qui ne se plie pas correctement peut entraîner une douleur aux genoux.
Un échauffement basique serait de faire des tours avec les chevilles, monter et descendre sur la pointe des pieds,  des squats pour échauffer les genoux… On peut finir avec quelques sauts pour faire monter la température corporelle. Enfin on attaque sa course doucement.
 
A savoir : Pour 1 km couru, il y a environ 800 impacts pied/sol avec environ 2 à 4 fois le poids du corps à chaque impact. En conséquence, un « joggeur » va donc imposer à chaque foulée une charge   non négligeable sur ses articulations. Il est clair qu’il vaut mieux être bien échauffé et bien chaussé pour pouvoir bien la supporter.
 

Se couvrir un peu mais pas trop même quand il fait froid !

Avec le froid on a tendance à vouloir trop se couvrir. Si vous partez bien échauffé, vous n’avez pas besoin de trop de vêtements, et sûrement pas d’affaires trop chaudes et lourdes si vous voulez courir avec confort. Eviter le tee-shirt en coton qui conserve toute l’humidité et refroidit le corps très vite.
 
Aujourd’hui il existe des tissus techniques et thermiques parfaits qui savent évacuer la transpiration et gérer la chaleur.
 
Voici mon rituel lorsque je pars pour une course au froid : 
  • Couche 1 : Un vêtement qui permet de réguler la température du corps. Il se porte directement sur la peau d’où son nom « seconde peau ».
  • Couche 2 : Respirante et isolante : Elle évacue la transpiration et conserve la chaleur avec un collant et un maillot thermo-régulant.
  • Couche 3 : Protectrice : Elle permet de se protéger des intempéries vent/neige grâce à un coupe vent.
L’essentiel :
Le tour de cou pour éviter les points de froid à la gorge et dans la nuque. Je le mets dès qu’il y a un peu de vent. Idéal pour les premières courses au froid. Par exemple le tour de cou de la marque Buff*
Il existe plein de couleurs si vous voulez l’assortir à votre tenue 😉
 

S’hydrater pendant et après la course

L’hydratation reste très importante, quelle que soit la course.
Mais elle est d’autant plus indispensable en hiver ! On a tendance à moins boire sous prétexte qu’il fait froid et que l’on a moins soif mais le corps se déshydrate très vite avec la respiration de l’air froid.
Pensez à boire souvent et par petites gorgées.
 

Post course, bien récupérer 

Retour au calme avec la recupération active 

Lorsque la course est finie, se garder quelques minutes de marche rapide, puis de marche lente pour le retour au calme. Votre corps en a besoin !
Une fois rentré(e) au chaud, on pense à s’étirer, ainsi on évite les courbatures, on récupère plus facilement de la séance du jour et on prépare l’organisme à la séance suivante.
 

Comment s’étirer après la course ? Et quels muscles ?

Le quadriceps 

Debout, pieds parallèles, on vient attraper la pointe de pieds droite en gardant les deux genoux collés. Pour garder l’équilibre, il est conseillé de se tenir à un mur ou une chaise. Rester 30 secondes pour la jambe droite, idem pour la jambe gauche.

orielwellness_courirdanslefroid_
 
 

Les Ischios-Jambiers 

Debout, les deux pieds parallèles on fait un pas en avant et on ramène la pointe de pieds vers le haut (flex) et le fessier vers l’arrière. Les muscles à l’arrière de la cuisse s’étirent. Faire 30 secondes jambe droite, idem jambe gauche.
 
 
orielwellness_courirdanslefroid2
 

Les adducteurs 

Assis en tailleur, le dos droit, on ouvre la jambe droite vers l’extérieur. En baissant le ventre vers le sol, droit devant soi sans lever le fessier on ressent l’étirement des adducteurs de la jambe droite. 30 secondes pour la jambe droite, idem pour la jambe gauche.
 
orielwellness_courirdanslefroidadd
 

Les mollets et la chaîne postérieure 

 Assis, les jambes tendues devant soi. Les pointes de pieds vers le haut (flex), on vient attraper les pointes de pieds avec les mains et on essaye de toucher ses genoux avec son ventre en relâchant la nuque.
 
orielwellness_courirdanslefroid_mollet
 
 

Sans oublier la détente !

Une fois la course terminée, et après la séance d’étirements, on fonce sous la douche chaude sans attendre de se refroidir !
A la fin de la douche, un massage pour détendre les muscles fait partie des secrets pour récupérer plus vite.
J’apprécie une huile à l’Arnica aux vertus relaxantes sur les muscles. On se sent bien, en forme et sain autant à l’intérieur qu’à l’extérieur !

Conclusion

J’espère vous avoir convaincu(e) de continuer à courir en hiver. Car il ne faut surtout pas oublier que le cartilage a besoin de mouvement !
 
Si ce n’est pas encore fait, abonnez-vous à notre newsletter en cliquant sur ce lien. Vous recevrez nos derniers articles et d’autres astuces !
 
N’hésitez pas à commenter et liker la page orielwellness !
 
A bientôt !
 
Maya Faliu, Coach sportif spécialisée en Bien-Être
« J’aide les personnes à se sentir bien dans leur corps grâce à des exercices ciblés qui permettent de se tonifier. »